4 juillet 2012

St Genix ou brioche aux pralines (en MAP pour les feignasses)

J'habite vraiment une chouette région. J'aime le massif qui surplombe mon chez-moi, et qui fait un peu peur, les nuits d'orage. J'aime les montagnes qui entourent ma ville.

(NB : dans quelques jours, semaines, mois ? Bref, quand l'été sera vraiment et définitivement là, et pas 1 jour sur 2, tu ne m’entendras plus dire "J'aime mes montagnes". Tu m'entendras plutôt maudire cette f*ck*ng cuvette dans laquelle se niche ma ville, et qui rend les températures estivales limite désertiques, et l'atmosphère irrespirable de pollution)

En bonne gourmande, ce que j'aime aussi et surtout dans ma région, c'est la diversité et la richesse (comprendre "le haut niveau calorique") des spécialités culinaires et autres produits locaux. Dans ma Drôme natale, les pêches et abricots, les Ravioles, la Pogne ... La crème de marrons de l'Ardèche de ma mamie, les noix de Grenoble qui parfument mes cookies, la Chartreuse (hic !) ... Et la région savoyarde et haute-savoyarde n'est pas en reste : entre les fromages qui font la joie de nos repas d'hiver et le bon petit vin blanc qui les accompagne, il y a de quoi se faire péter le ventre !

Moi, bec sucré quand même, c'est le St Genix que j'aime d'amour.





Quoi qu'est-ce ? Une délicieuse brioche garnie de pralines roses croquantes et dégoulinantes à la fois. C'est un pâtissier de la petite ville de St Genix sur Guiers qui a eu, un jour (de l'an de grâce 1860 quand même !), cette inspiration géniale. Une gentille lectrice, voisine des Gâteaux Labully (c'est le nom de la boulangerie, et la marque déposée de cette tuerie), m'a confirmé que la recette originale était toujours un régal.

(Oui, j'ai décidé d'être pipelette aujourd'hui) (ok, t'as faim, je me tais)

J'ai donc décidé de me lancer. Mais feignasse que je suis, et pour rentabiliser ma MAP (ou machine à pain hein) un peu mise au repos avec tous ces pains faits en quelques minutes à la paluche, avec ou sans fromage blanc, je me suis dit que la pâte à brioche pouvait se faire toute seule. Il suffisait de trouver la bonne recette.

 Je farfouille sur la toile, et je tombe sur le blog plutôt top et plein d'idées de Ciloubidouille. Il ne m'en fallait pas plus.

LES INGRÉDIENTS :

280 gr de farine
30 gr de sucre
1 cc de sel
1 sachet de levure du boulanger
3 œufs
2 cuillères à soupe de lait
165 gr de beurre mou
100g (voire plus ...) de pralines roses

Bon, si tu n'as pas de MAP, et comme je suis une buse en pâte à brioche à la main, je te dirai (pardon d'avance) : euhhh, débrouille-toi ? Fais comme tu le sens quoi ! :)

 Allez, on se lance.

Donc dans la cuve de la MAP, on met les ingrédients liquides et/ou mous, ici œufs / lait / beurre, puis les ingrédients secs : sel, sucre, farine, et la levure en dernier.

On lance le programme "pâte levée" de la MAP, et on poireaute 1h30 environ.

Pendant ce temps, on en profite pour concasser les choupi pralines, qui vont donc passer de ceci :


à ceci :

Tu as le droit de dire que je m'améliore en photographie.

Une fois la pâte prête, tu la sors de la cuve et tu l'étales sur un plan de travail fariné (j'insiste). Je précise que la pâte est grasse (mmmm ...) et très molle. Ne t'affole pas, c'est normal.

Tu l'étales à la main en un grossier rectangle, dont tu parsèmes le centre de pralines, comme ça :
 
Tu ramènes les côtés du rectangle vers le centre (en gros, tu enfermes les pralines à l'intérieur) et tu pétris joyeusement tout ça. Tes doigts sont tous gras.

Moi j'ai choisi de faire 6 briochettes, genre de la taille des viennoiseries que tu achètes en boulangerie pour ton 4h.

J'ai donc chemisé de papier sulfurisé un moule à 6 empreintes pour muffins, j'ai formé 6 boules que j'ai glissées dans les empreintes, et j'ai ajouté une praline sur le dessus. Top classe.


C'est bôôôôôô ! Mais faut faire cuire d'abord.

Ah oui, comme Cilou, j'ai zappé l'étape "dorage de la brioche au jaune d’œuf". M'en fous, c'était joli quand même.

Tiens, j'ai aussi zappé l'étape "préchauffe ton four à 180°c" dans ma recette ... Pardon.

Bon, ne reste qu'à enfourner les brioches 20-25 minutes, à 180°C donc.

Roulement de tambour .... Vue de dessus :


De profil :

De ... dedans :)

Ça croque, ça fond, ça dégouline de sucre rouge. C'est trop miam.


4 commentaires :

  1. Bouuh pourquoi j'ai pas de machine à pain moi? C'trop injuste! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allez, prends ton courage à 2 mains, je suis sûre que tu peux la faire sans MAP ! Au pire, pétrissage en robot, et levée dans un saladier, ça doit le faire ! En plus, le résultat vaut le coup :)

      Supprimer
  2. j'adore ce genre de brioche, c'est trop bon!! bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! C'est vrai que c'est bon, j'avais vraiment envie de tester !

      Supprimer

Vous en pensez quoi ?