19 mars 2014

Mercredi

Le mercredi, c'est leur jour et c'est le mien. C'est mon jour parce que c'est le leur, c'est leur jour sans être vraiment le mien.
 
Le mercredi depuis septembre, c'est un rythme nouveau : adieu grasse mat', bonjour l'école et les dégâts. Mes petits chatons bâillent, s'étirent de tout leur long, sur le dos, sur le ventre, attendent qu'on les gratouille, grognent et donnent des coups de pattes, se lèvent enfin.
La toilette est de chat, l'appel de la gamelle est trop fort.
Les fauves rassasiés, leur manteau d'hiver sur le dos, nous détalons. Je lâche la grande parmi ses bruyants congénères, et garde avec moi ma petite minette, pour un temps encore.
La matinée passe, après elle la journée et ces moments trop courts ou très longs, selon l'humeur et la température.
 
Bientôt, bien tôt, mon mercredi ne sera plus le leur, leur mercredi ne sera plus le mien. Ce sera du chacun pour soi. Je n'aurai plus à courir, sauf après le bus. Je n'aurai plus à râler, après tout, pour rien. Un matin, je les serrerai contre mon cœur, et mon cœur se serrera. Un peu, un temps.
 
 

2 commentaires :

Vous en pensez quoi ?