15 août 2014

Super z'héros


Il paraît que dans la vie, l’essentiel est d’être soi-même, et de savoir qui l’on est. C’est tout à fait vrai. Ma fillette, par exemple, à seulement 3 ans, sait parfaitement qui elle est. Je l’envie, d’ailleurs. Une telle assurance … elle ne tient sûrement pas ça de sa mère. Ma fillette, c’est tout simple : elle est Spiderman.

Elle se promène dans la maison en faisant des petits bruits de chaton furieux, « ffttt ffttt ffttt », ses petits paumes en avant et tournées vers le ciel, crachant des toiles d’araignée imaginaires sur qui veut bien se laisser attraper dans ses mailles.

Elle déambule en nous expliquant que « là tu vois, eh ben en fait je saute sur les murs pour grimper tout en haut et tu sais en fait que une fois, eh ben en fait Spiderman il avait pris le masque à son papa et il l'a mis et ben en fait après il est tombééé ». Et ffttt ffttt ffttt, elle repart en courant, sautant, mais pas contre les murs quand même parce que ça fait mal à la tête.

Elle me reprend lorsque je lui parle et que je l’appelle par son prénom. « Mais non Maman, je suis pas E., je suis SPI-DER-MAAAAN ». Et je me plie à l’exercice, me trompe encore et me corrige, parce que ça la fait marrer et moi aussi, et surtout parce que Spidermachin est bien plus coopératif que E. en pleine crise de la troizaine.

D’ailleurs parfois, ma petite araignée voit rouge, ou plutôt vert. Elle se transforme temporairement en Hulk ou son homologue féminine, qu’elle et sa sœur ont baptisée Hulkette. Dédoublement de la personnalité ? Elle tient sûrement ça de sa mère. Bref, d’un instant à l’autre, elle se gonfle et nous avec, puis voyant nos gros yeux, vite vite elle se dégonfle, sourire espiègle aux lèvres. Et elle repart en crachotant.

J'aime pô les princesses.

On a les z’héros qu’on choisit. Mes souvenirs ne me ramènent pas jusqu’à mes trois ans, mais quand j’étais jeunette, timide et un peu gauche, je rêvais, en vrac et dans le désordre : d’une identité secrète comme Lady Oscar, de me battre et d’avoir une souplesse de gymnaste comme les Cats’ Eyes, et de résoudre des enquêtes comme Alice, la jolie détective de la Bibliothèque verte. Rien que tout ça.

Comme sa maman à une époque lointaine, ma fillette se voit masquée, en justaucorps moulant, sautant de buildings en buildings en triple salto ou la tête en bas, et sauvant accessoirement la planète. Elle conchie pour cette semaine au moins Raiponce et ses copines à frou-frou.

Mais surtout, surtout, ma fillette se rêve en mec crachant des kilomètres de soie collante sur ses congénères. La théorie du genre peut aller se rhabiller. 

1 commentaire :

  1. Chez moi, mes filles se prennent pour Superman qu’elles adorent regarder en dessins animés. Parfois, elles se prennent pour des princesses, car je leur raconte souvent des contes de fées. Sur certains portails pour enfants tels que http://blog.badabim.fr/ , je trouve de bonnes idées de fables et d’autres histoires épiques pour leur tranche d’âge.

    RépondreSupprimer

Vous en pensez quoi ?